Atelier-Bilan de la campagne mangue ivoirienne 2018

Le 28 novembre 2018, la Direction de la Protection des Végétaux, du Contrôle et de la Qualité de la Côte d’Ivoire (DPVCQ) a organisé avec l’appui du COLEACP, l’atelier « Bilan de campagne mangue 2018». L’événement a rassemblé 80 participants issus de l’ensemble de la filière (producteurs, exportateurs, prestataires de services, autorités compétentes).

Le constat partagé est encourageant sur le plan marketing et commercial. La mangue ivoirienne continue de bénéficier d’une bonne image et notamment sur son principal marché d’exportation qu’est l’Union européenne, où elle a connu un fort développement depuis plusieurs années. Plus de 30 000 tonnes de mangues ivoiriennes ont été importées en 2018 par l’UE contre 10 000 tonnes en 2010.

En 2018, malgré une baisse des interceptions de mangues ivoiriennes à l’entrée du marché européen (pour cause d’organismes de quarantaine), le nombre de notifications encore trop élevé a toutefois relativiser le bilan positif structurel des exportations ivoiriennes.

L’atelier a permis de sensibiliser toutes les parties prenantes de la filière à ce constat. Aussi ont elles décidé de se mobiliser rapidement en actualisant et en adaptant le plan d’action mis en œuvre en 2015 avec l’appui du COLEACP quand la filière avait dû affronter une problématique phytosanitaire similaire.

Autre menace constatée pour la mangue ivoirienne : l’expansion des origines concurrentes et notamment du Pérou, très compétitif, dont la fenêtre d’exportation vient empiéter sur celle de la Côte d’Ivoire (avril et mai 2018). Répercussion immédiate : la baisse des prix sur le marché due à une croissance plus forte de l’offre que de la demande.

Via le programme Fit For Market, le COLEACP a déjà reçu 39 demandes individuelles d’intervention de la Côte d’Ivoire. Les thématiques couvertes sont multiples : gestion moderne des vergers de manguiers, réalisation de business plan, accès au financement, amélioration des pratiques environnementales et sociales et mise en place de systèmes de gestion de la qualité répondant aux standards de la grande distribution.

Sur un plan plus collectif, l’atelier aura permis de confirmer la nécessité d’un plan d’action 2019 concernant la question SPS, dans un contexte où de plus la réglementation européenne va évoluer l’année prochaine et devenir plus contraignante.

Les défis 2019 pour la filière ivoirienne sont là.  L’atelier de décembre aura été l’occasion de bien les appréhender et, dès maintenant, de s’organiser, avec l’appui du COLEACP, en vue de la prochaine campagne.